CHAB a.s.b.l.
 

Home
 
Notre Propos
 
Comité
 
Activités
 
Programme
 
Articles
 
Publications
 
Bibliothèque
 
Mini-Shop
 
International
 
Coopérateurs
 
Renseignements
 

Ce site nécessite


 

 

 


 

 

WEBMASTER

info@chab-belgium.com

 

FOND MUSICAL

"Seneca Square Dance" de Ry Cooder, extrait du film "The Long Riders"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
.

HOME

CONFEDERATE HISTORICAL ASSOCIATION OF BELGIUM

En raison des travaux de rénovation au musée communal, le Club House de la CHAB a déménagé dans des locaux temporaires situés à Wolubilis, Woluwe-Saint-Lambert. Nos réunions y auront  donc lieu jusqu'à nouvel ordre. Nouvelle adresse : 1 place du Temps Libre - local A300 - 3e étage (à droite en sortant de l’ascenseur). Le bâtiment est situé le long du Cours Paul-Henri Spaak, juste en face du Woluwe Shopping Center. La porte d'entrée se trouve au rez-de-chaussée, à gauche de celle de la librairie/restaurant Cook & Book. Voir plan d'accès

.

.
PROCHAINES REUNIONS    
.

Samedi 9 février 2019 à 15 heures

..

DECORATIONS ET MEDAILLES DANS LA CONFEDERATION

..

.

Dans notre local temporaire à Wolubilis, conférence de Daniel Frankignoul : “Décorations et médailles dans la Confédération”. Les nombreuses photographies d’époque des armées et marines européennes nous montrent des officiers, sous-officiers, matelots et soldats arborant fièrement sur leur uniforme des médailles, décorations et autres bijoux de distinctions honorifiques qui leur ont été octroyés en récompense de services rendus au pays en temps de guerre. Par contre, force est de constater qu’en examinant les photographies de la guerre de Sécession, on pourrait croire que ces récompenses n’existaient ni dans l’armée ni dans la marine confédérée. Notre conférencier nous fera découvrir qu’il n’en est rien et que, malgré le blocus des côtes imposé par Lincoln et la difficulté de se procurer des métaux et du matériel pour frapper des médailles, les Etats confédérés ont, eux aussi, décerné des distinctions honorifiques. Il nous présentera le résultat de longues recherches et les médailles parfois étonnantes qui furent octroyées, le plus souvent à une dizaine d’exemplaires seulement, pendant ou après la guerre et dont on a retrouvé la trace aujourd’hui : Confederate Medal of Honor, Jefferson Davis Medal, Beauregard Medal, Taylor Anderson & Todd Medal, Comrades of the Southern Cross, Stonewall Jackson Medal, Davis Guards Medal, Seven Confederate Knights Medal, Texas Gold Star, New Market Cross of Honor, et la Southern Cross of Honor. En outre, il nous apportera aussi des pièces d’époque et des copies provenant de sa collection personnelle. Pour être complet notre conférencier fera aussi un petit tour d’horizon de ce que fit le gouvernement fédéral en la matière.

.

.

Samedi 9 mars 2019 à 15 heures

..

SOUS LE FEU DE L'OBJECTIF

..

.

Dans notre local temporaire à Wolubilis, conférence de Mehdi Schneyders : Sous le feu de l’objectif. La photographie, une merveilleuse invention qui, aujourd’hui, nous paraît anodine… tant elle fait partie de notre quotidien. Pourtant, grâce à elle, nous sommes à même de pouvoir apprécier et admirer ce qu’elle nous offre de plus précieux : l’exposition à la lumière d’un instant, un être, un lieu, une époque. La guerre de Sécession fut, à n’en pas douter, le premier conflit majeur à être massivement immortalisé au travers d’ambrotypes, daguerréotypes, tintypes et autres cartes de visite. Du studio au champ de bataille, de simples inconnu(e)s et des personnalités, Unionistes et Confédérés, posèrent pour laisser une trace d’eux-mêmes ( par souci de transmettre un souvenir, par orgueil ou pour la propagande ). Cette conférence visera à mettre en avant différents sujets, en dévoilant les détails qu’ils recèlent et la petite histoire derrière chaque cliché. De 1861 à 1865, nous voyagerons à travers le regard aiguisé du photographe afin de pouvoir admirer, que l’on soit passionné ou profane, les témoignages visuels gravés pour l’éternité.

.

.

Samedi 13 avril 2019 à 15 heures

..

LA BATAILLE DE BRANDY STATION

..

.

Dans notre local temporaire à Wolubilis, conférence de Jean-Claude Janssens : “La bataille de Brandy Station, 9 juin 1863 - Alfred Pleasonton surprend JEB Stuart”. En Virginie, l'année 1863 sera indéniablement celle de la cavalerie de l'Union. Par ailleurs, elle a été réorganisée sous l'impulsion du dynamique général Joseph Hooker. Dorénavant, c'est elle qui mènera la danse. Déjà en mars à Kelly's Ford et en mai à Chancellorsville, elle a franchi le fleuve Rappahannock vers le sud. Le 9 juin 1863 est la date prévue par Robert Lee pour lancer sa deuxième offensive vers le nord. Ce jour-là dès 4 heures du matin, pour la troisième fois, les cavaliers vêtus de bleu traversent le fleuve près de Brandy Station, devançant ainsi l'ennemi. JEB Stuart est totalement surpris. Commence alors la plus grande bataille de cavalerie de tous les temps. Dix mille sabres confédérés rencontrent huit mille lames et trois mille fusils de l'Union. L'affrontement va durer dix heures. De justesse, la division de cavalerie confédérée échappera à l'anéantissement. La bataille de Brandy Station amorcera un nouveau tournant dans la guerre. Jean-Claude développera cet événement hors du commun, iconographie et cartographie à l'appui.

.

.
PRECEDENT CHAB NEWS (expédié le 15 décembre 2017)
.

La Tredegar Iron Works, le Vulcain de la Confédération, par Gérard Hawkins

Alcide Bouanchaud - Artillerie de Pointe Coupée, Louisiane, par Brian Costello

.

.
DERNIER CHAB NEWS (expédié le 11 juin 2018)
.

Patrick R. Cleburne, Stonewall Jackson de l'Ouest, par Terry Cartwright

Grenades, roquettes ... et autres armes inavouables au cœur de Dixie, par Daniel Frankignoul

.

.
PROCHAIN CHAB NEWS (prévu fin décembre 2018)
.

Les monstrueux canons Rodman, par Donald B. Webster Jr.

L'agent secret du président Lincoln, par John Bakeless

Matthew Fontaine Maury, l'Eclaireur des Mers, par Keith Gibson

Tragédie à Cold Harbor - Deux commandants pour l'armée du Potomac, par Gérard Hawkins

.

.
FUTURS CHAB NEWS (pour 2019)
.

Les Fils de la Liberté, traîtres ou patriotes ?, par Dominique De Cleer

Général George H. Thomas, le héros mal-aimé, par Terry Cartwright

Campagne et bataille de Chancellorsville, le chef-d'œuvre de Robert E. Lee, par Jean-Claude Janssens

.

.

PAIEMENT DES COTISATIONS PAR PAYPAL

.

Il est recommandé à nos membres américains et internationaux de payer leur cotisation annuelle par PayPal au compte de la CHAB : chab.belgium@yahoo.com

..


L

LES DERNIERES OEUVRES DE JOHN PAUL STRAIN

.

4

FIRE IN THE VALLEY

BERKELEY SPRINGS EXPEDITION

..

Le 43rd Virginia Cavalry Battalion, mieux connu sous le nom de Mosby Rangers, était l’une des unités de combat les plus redoutées et les plus renommées opérant au nord de la Virginie et dans la vallée basse de la Shenandoah. Ces rangers étaient une force d’élite composée d’éclaireurs et de guérilleros commandés par John Singleton Mosby. Les aventures et les exploits des Mosby Rangers devinrent légendaires dans l’histoire militaire américaine. Au début août 1864, l’armée fédérale passe sous le commandement d’un nouveau chef, le major-général Philip H. Sheridan. Celui-ci pousse son armée vers le sud de la vallée et établit son quartier-général au sud de Winchester. Le ravitaillement de l’armée fédérale est acheminé de Harper’s Ferry par chariots. Le 12 août, Mosby rassemble ses hommes à Rectortown avec l’intention d’attaquer la ligne d’approvisionnement de Sheridan. Les forces de Mosby s’élèvent à près de 350 Rangers appuyés par deux canons. Le matin même, la colonne de 525 chariots de Sheridan, escortée par trois régiments et une petite troupe de cavaliers, quitte Harper’s Ferry. Après avoir voyagé toute la journée, le convoi campe près de Berryville à Buck Marsh Creek. Tôt le lendemain matin, alors que le brouillard se dissipe, les soldats fédéraux qui se préparent pour la journée sont pris de panique après que trois coups de canon ont été tirés et qu’ils entendent les cris de la cavalerie sudiste lancée à la charge. S’ensuit un chaos, les fédéraux s’enfuyant en abandonnant leur train de ravitaillement. Après avoir brûlé un grand nombre de chariots, Mosby et ses hommes capturent 200 prisonniers, 500 mules, 50 chevaux, 200 têtes de bétail et emportent le butin qu’ils peuvent transporter. Toutefois, ils laissent derrière eux la caisse du 8th New York Cavalry qui contenait 112 000 dollars. Alors que les rangers s’éloignent dans l’euphorie, certains d’entre eux tentent de jouer des mélodies sur des violons pris à l’ennemi, au grand dam de leurs camarades. Plus tard dans la soirée, le butin du raid sera réparti entre les hommes. Les prisonniers et la majorité du bétail seront transférés à l’armée de Virginie du Nord.

Le 1er janvier 1862, lorsqu’il entame l’expédition vers différentes villes occupées par les troupes fédérales en Virginie occidentale, le général Stonewall Jackson a un nombre d’objectifs qu’il veut atteindre. Sa principale priorité est la défense de la vallée de la Shenandoah. Pour ce faire, il devra déloger les troupes du brigadier général US Frederick W. Lander, de la garnison fédérale de la ville de Berkeley Springs, également connue sous le nom de Bath. Avec le flanc nord protégé, il porterait alors son attention sur les 5 000 hommes de la garnison nordiste du brigadier général Benjamin F. Kelley, à Romney. Après avoir pris Romney, Jackson prévoit d’attaquer les Fédéraux et le centre ferroviaire de Cumberland dans le Maryland. Il a également prévu de rompre ou de perturber les lignes d’approvisionnement et de transports ennemies en détruisant autant que possible le chemin de fer de la Baltimore & Ohio Railroad. L’expédition sera également être un test pour son armée récemment formée. De plus, il saura en quels officiers il peut avoir confiance, sur qui il peut compter et sur lesquels il ne le pourra pas. Les soldats seront être jugés dans des circonstances difficiles, dans des conditions hivernales et contre de multiples adversaires. Bref, Jackson va savoir qui mérite le respect. Par la belle journée ensoleillée du 1er janvier, les troupes confédérées marchent de Winchester vers Berkeley Springs. La cavalerie de Jackson, sous les ordres du lieutenant-colonel Turner Ashby ouvre la route, suivie par quatre brigades d’infanterie. La première partie du déplacement est facile sur une portion de terrain plat mais en fin d’après-midi, un front froid fait chuter la température à -10°. Après avoir parcouru 12 kilomètres, la colonne s’arrête à Pughtown pour y passer la nuit. Le lendemain, l’armée se remet en marche sous une violente et aveuglante tempête de neige. Miraculeusement, elle peut parcourir 10 kilomètres et campe à Unger’s Store. Le troisième jour en milieu d’après-midi, les forces de Jackson ont parcouru 17 kilomètres dans la neige et des éléments de la cavalerie de Ashby ont engagé l’ennemi à 5 kilomètres de Berkeley Springs. Cette nuit-là, alors que l’armée campe dans les bois à proximité de la garnison ennemie forte de 1 400 soldats, une quinzaine de centimètres de neige tombe à nouveau. Le 4 janvier au matin, la brigade de Stonewall émerge de sous son manteau blanc. Alors que les hommes enlèvent leurs couvertures recouvertes de neige, à moitié gelés, ils maudissent leur général et le rendent responsable de leurs souffrances. À leur insu, également couvert de neige, le général est couché sous un arbre tout près d’eux et entend toutes leurs plaintes. En enlevant la neige de sa couverture, il lance quelques remarques humoristiques aux soldats les plus proches qui sont loin de se douter qu’il était arrivé durant la nuit et s’était allongé parmi eux. Rapidement, la nouvelle de ce qui venait de se passer se propage dans les rangs et rétablit sa popularité. Dès ce moment, il est de bonne augure pour les troupes de savoir de quel métal est forgé leur commandant, parce que sous peu, ils se lanceront dans la bataille. L’attaque à Berkeley Springs n’est pas coordonnée comme Jackson l’avait prévu. Le général Loring, un de ses commandants, réussit à disperser ses unités partout sur le terrain, excepté en direction du front. Exaspéré, Jackson chevauche au milieu du chaos et mène la charge. En milieu d’après-midi, il fonce dans la ville avec son escorte, en avant même de ses propres tirailleurs. L’ennemi n’a pas attendu son reste et s’est retiré vers la ville de Hancock. Ce jour-là, Stonewall en avait appris pas mal sur ses unités et avec sa brigade, établit son quartier-général au centre de santé Strother’s à Berkeley Springs. La première phase de son expédition avait été difficile mais néanmoins couronnée de succès. Désormais, son prochain objectif est la garnison de Romney.

..

Pour tout renseignement ou commande en ligne :

www.johnpaulstrain.com

.