CHAB a.s.b.l.
 

Home
 
Notre Propos
 
Comité
 
Activités
 
Programme
 
Articles
 
Publications
 
Bibliothèque
 
Mini-Shop
 
International
 
Coopérateurs
 
Renseignements
 

Ce site nécessite


 

 

 


 

 

CHAB News Décembre 2020

 

WEBMASTER

chab.belgium@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

HOME

CONFEDERATE HISTORICAL ASSOCIATION OF BELGIUM

En raison des travaux de rénovation au musée communal, le Club House de la CHAB a déménagé dans des locaux temporaires situés à Wolubilis, Woluwe-Saint-Lambert. Nos réunions y auront  donc lieu jusqu'à nouvel ordre. Nouvelle adresse : 1 place du Temps Libre - local A300 - 3e étage (à droite en sortant de l’ascenseur). Le bâtiment est situé le long du Cours Paul-Henri Spaak, juste en face du Woluwe Shopping Center. La porte d'entrée se trouve au rez-de-chaussée, à gauche de celle de la librairie/restaurant Cook & Book. Voir plan d'accès

.

.

LES DATES DES ACTIVITES PROPOSEES CI-DESSOUS SONT DONNEES A TITRE INDICATIF. ELLES POURRAIENT ETRE MODIFIEES EN FONCTION DE L’EVOLUTION DE LA PROPAGATION DU CORONAVIRUS ET DES MESURES DE CONFINEMENT / DECONFINEMENT EN VIGUEUR AU PREMIER SEMESTRE 2021. UN MAIL SERA ENVOYE A TOUS NOS MEMBRES EN TEMPS OPPORTUN, LEUR PRECISANT LES DATES EFFECTIVES DE NOS PROCHAINES REUNIONS MENSUELLES.

.

.

Samedi 13 février 2021 à 14h30

..

VICKSBURG 1863 - L'UNION PREND LE CONTROLE DU MISSISSIPPI

..
A la suite des mesures de confinement en vigueur jusqu'à nouvel ordre, le comité de la CHAB est contraint d’annuler la réunion prévue le 13 février prochain. La conférence de ce jour sera reprogrammée à une date ultérieure.
.

.

Samedi 13 mars 2021 à 15h00

..

LA MISSION SECRETE DU GENERAL POLIGNAC EN 1865

..

.

Dans notre local temporaire à Wolubilis, conférence de Daniel Frankignoul : La mission secrète du général Polignac en 1865 : une rétrocession par les Confédérés de la Louisiane à la France en échange de l’appui de Napoléon III ? Le journal The Washington Post publie en mars 1901 un article accusant le général Polignac d’avoir dirigé une mission secrète en 1865 pour proposer à l’empereur Napoléon III la rétrocession de la Louisiane à la France en échange d’une intervention armée en faveur des Etats confédérés. Le journaliste ajoute qu’avant de se décider, Napoléon III aurait fréquemment consulté Lord Palmerston et que la reine Victoria elle-même serait intervenue, avant que la proposition ne soit rejetée avec réticence. Le prince Camille de Polignac avait effectivement quitté Shreveport, capitale de la Louisiane confédérée, en date du 9 janvier 1865, avec l’accord du gouverneur Henry W. Allen et du général Edmund Kirby Smith, commandant du département du Trans-Mississippi. Au bout d’un voyage qui dura près de trois mois, il avait réussi à franchir le blocus et à rejoindre Paris où il avait rencontré l’Empereur à deux reprises. Se livrant à une véritable enquête policière, notre conférencier nous fera tout d’abord revivre les péripéties de cet étonnant voyage telles que retranscrites par le général dans son « journal de guerre ». Il nous livrera ensuite, sur base de documents d’époque, la réfutation faite par Polignac de ces allégations inventées de toutes pièces, 36 ans après la fin de la guerre. La conférence sera suivie d’un souper fromages-charcuteries.

5

.

Samedi 10 avril 2021 à 15h00

..

LA GUERRE DE SECESSON ET LA BD

..

.

Dans notre local temporaire à Wolubilis, conférence de Maurice Jaquemyns : La guerre de Sécession et la BD. La BD a exploré la guerre de Sécession. Scénaristes et/ou dessinateurs ont tenté, avec les codes d'expression de leur art, d’approcher l’événement selon différentes perspectives : historiques, anecdotiques, ou de divertissement. Le conférencier tentera de démontrer que la BD traduit, dans la pratique de son art, une spécificité artistique qui s’intègre dans l’évolution historique de la BD.

5

 
PRECEDENT CHAB NEWS (expédié le 11 juin 2020)
.

La chute de Richmond, par Gérard Hawkins

James Longstreet, traître ou bouc émissaire ?, par Gérard Hawkins

La victoire de l'Union, une vision pour les stratèges du futur, par John Erath

.

.
DERNIER CHAB NEWS (expédié le 24 décembre 2020)
.
.

.
PROCHAIN CHAB NEWS (prévu fin juin 2021)
.

John Singleton Mosby, le Fantôme gris, par Gérard Hawkins

.

 
FUTURS CHAB NEWS
.

Massacre à Fort Pillow, par Gérard Hawkins

Le siège de Fort Pulaski, par Gérard Hawkins

L'assaut sur Fort Stedman, le dernier pari de Robert Lee, par Gérard Hawkins

La bataille de Five Forks, le Waterloo de la Confédération, par Gérard Hawkins

La tragédie du cratère, un exploit confédéré sans lendemain, par Gérard Hawkins

Les milices françaises de La Nouvelle-Orléans pendant la guerre de Sécession, par Farid Ameur

.

.

PAIEMENT DES COTISATIONS PAR PAYPAL

.

Il est recommandé à nos membres américains et internationaux de payer leur cotisation annuelle par PayPal au compte de la CHAB : chab.belgium@yahoo.com

..


L

LES DERNIERES PEINTURES DE JOHN PAUL STRAIN

.

.

CHRISTMAS BLESSING

FATHER CORBY

..

Pendant les derniers mois de 1862, le général Thomas J. Jackson s’était déjà bâti une excellente réputation de grand leader des armées sudistes. Il était également connu comme un homme ayant de fortes croyances religieuses et, admiré, non seulement pour ses victoires, mais également pour son amour du Seigneur. Au sein de l’armée, d’aucuns se demandaient si la ferveur religieuse de Stonewall ne pourrait altérer son jugement à certains moments mais beaucoup avait foi dans le fait que le grand général serait guidé et aidé dans ses efforts par le Tout-Puissant. Lorsqu’on lui demandait comment un servant du Seigneur pouvait mener des hommes dans la bataille où des milliers allaient périr, le général répondait que c'était le devoir de ses hommes de se battre et de prier. Stonewall observait strictement le jour du Sabbat et n’aurait jamais posté une lettre qui serait en transit un dimanche. Et pourtant, tellement de batailles eurent lieu un dimanche ; les soldats pensaient que ce jour, il obtiendrait plus de guidance du Tout-Puissant. Dans les environs de Martinsburg, le général Jackson exhorta ses hommes à détruire le plus possible la ligne de chemin de fer de la Baltimore & Ohio Railroad. Alors qu’accompagné de son état-major lors d’une reconnaissance des positions ennemies, une jolie jeune dame qui avait ouï-dire de la présence du général courut à sa rencontre avec son enfant âgé de 18 mois. La jeune mère tendit l’enfant au général et lui demanda de le bénir pour elle. Alors que la jeune femme mit la main sur Little Sorrel et baissa la tête, tous deux se joignirent en prière quand le général donna une bénédiction de Noël.

A la fin du mois de juin 1863, le titre de la une d’un journal de Washington mentionne Invasion ! Forces rebelles au Maryland et en Pennsylvanie. Le président Abraham Lincoln est plus qu’inquiet. L’armée de Virginie du Nord du général Robert E. Lee et ses 65 000 hommes a traversé le Potomac avec l’intention de détruire l’armée fédérale et de marcher sur Washington. En public, le président Lincoln dit être confiant que son armée du Potomac peut arrêter l’invasion de Lee. Toutefois, Lincoln à des doutes quant aux aptitudes du commandant de son armée, le général Hooker. Le Président a besoin d’un chef qui a la détermination et la force de caractère pour mener son armée dans un combat désespéré qui pourrait changer le cours de la guerre. Il dispose de vaillants soldats qui sont prêts à se donner entièrement dans la bataille mais, comme il le souligne, il doit pouvoir compter sur un chef qui ne serait pas dépassé par Lee. Trois jours avant la bataille de Gettysburg, Lee annonce à son cabinet de guerre qu’il a remplacé le général Hooker par le général George Meade dont le surnom est Old Snapping Turtle (Vieille tortue serpentine). Le 1er juillet, les deux grandes armées se rencontrent dans la petite bourgade encore endormie de Gettysburg. Les éléments avancés des armées entament l’engagement autour de la ville alors que le gros de la troupe converge vers la place. En permanence, le président Lincoln a l’œil rivé sur le bureau du télégraphe, recevant les rapports et les mises à jour alors qu’il examine la carte qui pend au mur. Les jours suivants, le sort de la nation semblait être mis en balance tandis que Lincoln fit les cent pas dans la pièce, ne se reposant qu’occasionnellement sur un petit divan. Au second jour de la bataille, avec toute la puissance de son armée, Lee attaque sur les deux flancs des lignes fédérales. Le IIe corps du général Meade qui inclut la brigade irlandaise est placé au centre gauche des lignes de l’Union, à Cemetery Ridge. Commandée par le colonel Patrick Kelly, la brigade irlandaise est réputée être l’une des meilleures brigades de combat de l’armée. Alors que le grondement des combats s’intensifie et que les obus explosent le long de Cemetery Ridge, la brigade irlandaise doit se préparer pour la bataille. Pendant plusieurs semaines, en raison des marches éreintantes. le père Corby, le chef spirituel et aumônier du 88e régiment d’infanterie n’a pas eu l’occasion de célébrer les offices religieux. Le révérend demande au colonel Kelly s’il peut s’adresser aux hommes. Dans ce qui sera un des moments poignants de la journée, le père Corby donne l’absolution aux hommes de la brigade irlandaise alors qu’ils s’agenouillent et s’inclinent en prière. Peu de temps après, vers trois heures de l’après-midi, l’ordre En avant par le flanc gauche est donné. La division Caldwell qui inclut la brigade irlandaise marche le long de la ferme de George Weikert, sur la Wheatfield Road et les environs immédiats où auront lieu les plus violents combats de la journée. Dans le tourbillon de la bataille, sur la Wheatfield Road et à Stony Hill, la brigade irlandaise totalise plus de deux cents victimes sur les cinq cent trente de son effectif. Le colonel Kelly est le seul commandant de brigade de la division de Caldwell à ne pas être tué ou blessé. Pendant des heures, le père Corby aide les blessés et administre les derniers sacrements aux tués. Dans son discours à Gettysburg, le président Lincoln dira de ses soldats : devant ces morts que nous honorons, nous manifestons une ferveur renforcée pour cette cause à laquelle ils ont offert l'ultime mesure de dévotion...

 

Pour tout renseignement ou commande en ligne :

www.johnpaulstrain.com

.