CHAB a.s.b.l.
 

Home
 
Notre Propos
 
Comité
 
Activités
 
Programme
 
Articles
 
Publications
 
Bibliothèque
 
Mini-Shop
 
International
 
Coopérateurs
 
Renseignements
 

Ce site nécessite


 

 

 


 

 

CHAB News Juin 2021

 

WEBMASTER

chab.belgium@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

HOME

CONFEDERATE HISTORICAL ASSOCIATION OF BELGIUM

En raison des travaux de rénovation au musée communal, le Club House de la CHAB a déménagé dans des locaux temporaires situés à Wolubilis, Woluwe-Saint-Lambert. Nos réunions y auront donc lieu jusqu'à nouvel ordre. Nouvelle adresse : 1 place du Temps Libre - local A300 - 3e étage (à droite en sortant de l’ascenseur). Le bâtiment est situé le long du Cours Paul-Henri Spaak, juste en face du Woluwe Shopping Center. La porte d'entrée se trouve au rez-de-chaussée, à gauche de celle de la librairie/restaurant Cook & Book. Voir plan d'accès

.

.
PROCHAINES REUNIONS  
.

Samedi 16 octobre 2021 à 14h30  Attention : 3e samedi du mois

..

VICKSBURG 1863 - L'UNION PREND LE CONTROLE DU MISSISSIPPI

..

.

Dans notre local temporaire à Wolubilis, conférence de Jean-Claude Janssens : Vicksburg 1863 - L’union prend le contrôle du Mississippi. La maîtrise du fleuve Mississippi est primordiale pour les deux belligérants. En octobre 1862, le rouleau compresseur nordiste se met en marche vers le Sud. Objectif : Vicksburg au Mississippi. Aux termes d’une campagne de six mois, le général Ulysses Grant est aux portes de la ville. Le 4 juillet 1863, après quarante-trois jours de siège, le général John Pemberton doit rendre la place. Le 9 juillet, Port Hudson capitule à son tour. L’Union a repris le contrôle du grand fleuve. La Confédération est coupée en deux ; c’est le tournant de la guerre. La veille, l’échec de Lee à Gettysburg en Pennsylvanie ne fait qu’aggraver une situation devenue compliquée. L’espoir d’une victoire finale du Sud s’estompe. Jean-Claude relatera ces événements déterminants de la guerre civile, images et cartes à l’appui. Etant donné la densité du sujet, la réunion commencera à 14h30.

5

.

Samedi 13 novembre 2021 à 15h00

..

LA GUERRE DE SECESSON ET LA BD

..

.

Dans notre local temporaire à Wolubilis, conférence de Maurice Jaquemyns : La guerre de Sécession et la BD. La BD a exploré la guerre de Sécession. Scénaristes et/ou dessinateurs ont tenté, avec les codes d'expression de leur art, d’approcher l’événement selon différentes perspectives : historiques, anecdotiques, ou de divertissement. Le conférencier tentera de démontrer que la BD traduit, dans la pratique de son art, une spécificité artistique qui s’intègre dans l’évolution historique de la BD.

5

.

Samedi 11 décembre 2021 à 15h00

..

LA MISSION SECRETE DU GENERAL POLIGNAC EN 1865

..

.

Dans notre local temporaire à Wolubilis, conférence de Daniel Frankignoul : La mission secrète du général Polignac en 1865 : une rétrocession par les Confédérés de la Louisiane à la France en échange de l’appui de Napoléon III ? En mars 1901, le journal The Washington Post publie un article accusant le général Polignac d’avoir dirigé une mission secrète en 1865 pour proposer à l’empereur Napoléon III la rétrocession de la Louisiane à la France en échange d’une intervention armée en faveur des Etats confédérés. Le journaliste ajoute qu’avant de se décider, Napoléon III aurait fréquemment consulté Lord Palmerston et que la reine Victoria elle-même serait intervenue, avant que la proposition ne soit rejetée avec réticence. Le prince Camille de Polignac avait effectivement quitté Shreveport, capitale de la Louisiane confédérée, en date du 9 janvier 1865, avec l’accord du gouverneur Henry W. Allen et du général Edmund Kirby Smith, commandant du département du Trans-Mississippi. Au bout d’un voyage qui dura près de trois mois, il avait réussi à franchir le blocus et à rejoindre Paris où il avait rencontré l’Empereur à deux reprises. Se livrant à une véritable enquête policière, notre conférencier nous fera tout d’abord revivre les péripéties de cet étonnant voyage telles que retranscrites par le général dans son « journal de guerre ». Il nous livrera ensuite, sur base de documents d’époque, la réfutation faite par Polignac de ces allégations inventées de toutes pièces, trente-six ans après la fin de la guerre.

.

.
PRECEDENT CHAB NEWS (expédié le 24 décembre 2020)
.
.

.
DERNIER CHAB NEWS (expédié le 18 juin 2021)
.
..

.
PROCHAIN CHAB NEWS (prévu fin décembre 2021)
.
.

k
FUTURS CHAB NEWS
.
..

.

PAIEMENT DES COTISATIONS PAR PAYPAL

.

Il est recommandé à nos membres américains et internationaux de payer leur cotisation annuelle par PayPal au compte de la CHAB : chab.belgium@yahoo.com

..


L

LES DERNIERES PEINTURES DE JOHN PAUL STRAIN

.

.

GENERAL JEB STUART'S LEMAT PISTOL

RAID ON CHAMBERSBURG

..

Le revolver LeMat fut inventé en 1856 à La Nouvelle Orléans par Jean Alexandre LeMat. L’arme était connue sous le nom de « revolver à mitraille » parce qu’il comportait un canon lisse de calibre 20 en dessous du canon de calibre .40. Comparé aux six coups des Colt et Remington, le barillet du LeMat pouvait chambrer neuf balles. Cette conception unique donnait à son propriétaire une énorme puissance de feu pour une arme de poing. En 1859, moins de cent revolvers furent manufacturés à Philadelphie. Lorsque la guerre éclata, la Confédération commanda cinq mille pièces à fabriquer à Liège et à Paris. Après que ces armes furent réalisées, elles furent envoyées à Birmingham en Angleterre où elles furent inspectées et passées au banc d’épreuve. Les revolvers furent ensuite expédiés aux Bermudes puis transbordés sur de rapides vapeurs à aube, à destination de La Nouvelle Orléans, en évitant le blocus de l’Union. En conséquence, seuls quinze cents exemplaires arrivèrent dans la Confédération. Les revolvers LeMat étaient hautement convoités par la hiérarchie confédérée. Un certain nombre de célèbres généraux en étaient armés, dont JEB Stuart, Stonewall Jackson, Braxton Bragg, Richard H. Anderson et P.G.T. Beauregard. Le général JEB Stuart avait le LeMat numéro 115, un des premiers modèles. Aujourd’hui, ce revolver est exposé au musée de la Confédération.

Après la bataille d’Antietam, l’armée de Virginie du Nord du général Lee avait besoin de temps pour se reposer, se réapprovisionner et se réorganiser. L’armée du Potomac du général McClellan faisait de même. Mais le général Lee souhaitait maintenir la pression sur l’armée fédérale en renvoyant la cavalerie du général Stuart mener un raid audacieux au Maryland et en Pennsylvanie. Si ce raid devait être couronné de succès, il couperait d’importantes lignes ferroviaires d’approvisionnement, permettrait de ramener des choses de valeur pour l’armée, créerait des dommages, de la panique et démoraliserait les troupes fédérales. Stuart avait également reçu des instructions afin de capturer des personnalités qui pourraient être échangées contre des chefs confédérés ou des sympathisants prisonniers. Le général Lee avait souligné en détail la route de Stuart avec comme objectif principal la destruction du pont de chemin de fer de la Cumberland Valley Railroad sur la rivière Concocheague près de Chambersburg en Pennsylvanie. Le 9 octobre, les généraux Stuart et Wade Hampton quittèrent le camp avec mille huit cents cavaliers et quatre canons sous le commandement du major John Pelham. Dans la brume matinale du 10, le détachement traversa le Potomac à McCoy’s Ford, entre Williamsburg et Hancock. La cavalerie de Stuart avança rapidement et calmement en direction du nord en évitant tout embarras. Lorsque la force attint la ligne Mason-Dixon en Pennsylvanie, un tiers de l’effectif se déploya pour capturer tous les chevaux sains qu’ils pouvaient trouver. Des citoyens reçurent un récépissé pour les biens saisis. Finalement, l’expédition traversa la West Branch de la rivière Concocheague, près de la ville de Mercersburg. Lorsque la cavalerie du général Stuart arriva dans la ville de Chambersburg, la météo avait changé, avec une pluie froide et une température qui avait chuté. L’occupation de la ville se fit sans incident et les hommes de Stuart œuvraient efficacement, coupant les lignes télégraphiques, brûlant les dépôts du chemin de fer, confisquant le ravitaillement, etc. Stuart envoya une compagnie brûler le pont du chemin de fer à Scotland mais les hommes opérèrent un demi-tour après que des citoyens les ont convaincu que le pont était en fer. Plusieurs dignitaires de la ville furent capturés et Stuart nomma symboliquement le général Wade Hampton gouverneur militaire de la ville. Le lendemain, le général Stuart et son détachement s’en retournèrent en Virginie en passant par Cashtown. Le raid fut annoncé par le New York’s Harper’s Weekly comme étant un des exploits les plus surprenants de la guerre. Stuart et ses soldats ramenèrent douze cents chevaux, de l’approvisionnement, des armes et un nombre d’éminents politiciens tout en semant la peur dans le Nord. Le raid causa un grand embarrassement au sein de l’armée fédérale et chez le président Lincoln. Quelques semaines plus tard, le président Lincoln remplaça le général George McClellan à la tête de l’armée. Le raid allait être connu sous le nom de Second raid de Stuart autour de McClellan.

 

Pour tout renseignement ou commande en ligne :

www.johnpaulstrain.com

.