CHAB a.s.b.l.
 

Home
 
Notre Propos
 
Comité
 
Activités
 
Programme
 
Articles
 
Publications
 
Bibliothèque
 
Mini-Shop
 
International
 
Coopérateurs
 
Renseignements
 

Ce site nécessite


 

 

 


 

 

CHAB News  Juin 2022

 

WEBMASTER

chab.belgium@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

HOME

CONFEDERATE HISTORICAL ASSOCIATION OF BELGIUM

En raison des travaux de rénovation au musée communal, le Club House de la CHAB a déménagé dans des locaux temporaires situés à Wolubilis, Woluwe-Saint-Lambert. Nos réunions y auront donc lieu jusqu'à nouvel ordre. Nouvelle adresse : 1 place du Temps Libre - local A300 - 3e étage (à droite en sortant de l’ascenseur). Le bâtiment est situé le long du Cours Paul-Henri Spaak, juste en face du Woluwe Shopping Center. La porte d'entrée se trouve au rez-de-chaussée, à gauche de celle de la librairie/restaurant Cook & Book. Voir plan d'accès

.

.
PROCHAINES REUNIONS  
.

Samedi 10 décembre 2022 à 15h00

..

LE TEXAS, UNE REPUBLIQUE AMERICAINE INDEPENDANTE

..

.

Dans notre local temporaire à Wolubilis,  conférence de Jean-Claude Janssens : Le Texas, une république américaine indépendante (1836-1845). Dès 1520, le Texas tel qu’on le connaît aujourd’hui fit partie de l’empire espagnol. Entre 1685 et 1690, il sera français avant de retourner à la Couronne d’Espagne ; néanmoins, il sera revendiqué par la France jusqu’en 1763. En 1821, le Mexique – dont le Texas fait partie intégrante – s’auto-proclame indépendant de l’Espagne. Dès ce moment, l’histoire de ce territoire quasi désert va s’accélérer et à la demande du gouvernement de Mexico, des colons américains vont s’y installer. Dès 1835, les nouveaux Texans sont trente mille alors que les autochtones ne sont encore que huit mille. En 1836, les Américains du Texas se détachent du Mexique. Après pratiquement dix années d’indépendance précaire, ils rejoignent leur puissant voisin, les Etats-Unis d’Amérique.

5

.

Samedi 11 février 2023 à 15h00

..

L'EXPEDITION DE BURNSIDE EN CAROLINE DU NORD

..

.

Dans notre local temporaire à Wolubilis, conférence de Gérard Hawkins : L’expédition de Burnside en Caroline du Nord – 1862. Dès le début de la guerre de Sécession, la marine américaine s’empare de Hatteras Inlet, un chenal permettant de traverser les Outer Banks de la Caroline du Nord – un chapelet d’îles face à l’océan Atlantique – afin de priver cet Etat de sanctuaires pour les forceurs de blocus et autres corsaires sudistes. En février 1862, suit une invasion de plus grande envergure conduite par le général Ambrose Burnside. Appuyées par une vingtaine de canonnières, les troupes de l’Union pénètrent par Hatteras Inlet dans les lagunes de la Caroline du Nord et envahissent rapidement Roanoke Island faiblement défendue. Les événements s’enchaînent rapidement. La Mosquito Fleet confédérée est taillée en pièces à Elizabeth City, puis c’est au tour de la ville de New Bern de tomber après une bataille rangée. Les villes portuaires bordant les lagunes subissent ensuite le même sort. Finalement, après un bref siège peu coûteux, Fort Macon se rend. En moins de cinq mois, le général Burnside s’est rendu maître de l’est de la Caroline du Nord qui restera aux mains de l’Union jusqu’à la fin du conflit fratricide.

5

.

Samedi 11 mars 2023 à 15h00

..

GUSTAVE CLUSERET, UN MERCENAIRE FRANCAIS A LA SOLDE DE L'UNION

..

.

Dans notre local temporaire à Wolubilis, conférence de Farid Ameur : Gustave Cluseret (1823-1900), un mercenaire français à la solde de l’Union. Dès le printemps 1861, des Français, épris d’aventures ou séduits par une cause idéologique à défendre, n’hésitent pas à traverser l’Atlantique pour aller offrir leur épée à l’un des deux belligérants. Parmi eux se trouve Gustave Cluseret, un soldat de fortune expérimenté, plein de panache et brave jusqu’à la témérité. Vétéran des campagnes d’Algérie, de Crimée et de la guerre d’Italie, ce proche du parti républicain, au caractère bien trempé, entend être le nouveau Lafayette aux Etats-Unis et se couvrir de gloire pour satisfaire son ambition. Mais la réussite ne sera pas au rendez-vous. Pendant le conflit, malgré d’indéniables qualités et son courage sur les champs de bataille, il mène une carrière controversée en tant qu’officier, au point de s’attirer les foudres des principaux responsables politiques. On le tient pour un intrigant, un complotiste-né, qui cherche en permanence à tirer profit des événements et à manipuler ses interlocuteurs. Un personnage haut en couleurs, entier et passionnant, qui renvoie à la tradition du mercenariat en vogue au XIXe siècle.  

5

.

Samedi 8 avril 2023 à 15h00

..

LA CAMPAGNE DE KNOXVILLE ou LES DEBOIRES DE JAMES LONGSTREET

..

 

.

Dans notre local temporaire à Wolubilis, Conférence de Jean-Claude JanssensLa campagne de Knoxville ou les déboires de James Longstreet (3 septembre - 4 décembre 1863). En avril 1863, le lieutenant général James Pete Longstreet n’avait pu s’emparer de la garnison de Suffolk en Virginie. Après la campagne de Pennsylvanie de 1863, ce dernier et une partie du 1er corps de l’armée de Virginie du Nord sont transférés en catastrophe vers le Tennessee où la situation est devenue précaire pour les Confédérés. Longstreet et le 1er corps prennent part à la bataille de Chickamauga et au début du siège de Chattanooga. Le 17 novembre 1863, ils assiègent Knoxville dans le Tennessee oriental, aux mains de l’Union depuis le 3 septembre. Le siège est très mal mené et le 29 novembre, il débouche sur un retentissant revers devant Fort Sanders. Le 4 décembre, Longstreet et ses unités doivent se retirer. Ils se maintiendront péniblement au Tennessee durant l’hiver 1863-64 et ne pourront rejoindre la Virginie qu’au printemps 1864. Excellent tacticien, Longstreet n’a cependant pas brillé à la tête de commandements indépendants et la guerre de siège n’était manifestement pas sa spécialité.    

5

..
PRECEDENT CHAB NEWS (expédié le 15 décembre 2021)
.

Grant et Lee, le stratège face au tacticien par Gérard Hawkins

Brandy Station, Alfred Pleasonton surprend JEB Stuart par Jean-Claude Janssens

La tragédie du cratère, un exploit confédéré sans lendemain par Gérard Hawkins

Les ressources minérales de Virginie dans l'effort de guerre confédéré par Gérard Hawkins

..

k
DERNIER CHAB NEWS (expédié le 21 juin 2022)
.
..

k
PROCHAIN CHAB NEWS (prévu fin décembre 2022)
.
..

.
FUTURS CHAB NEWS
.
..

.

PAIEMENT DES COTISATIONS PAR PAYPAL

.

Il est recommandé à nos membres américains et internationaux de payer leur cotisation annuelle par PayPal au compte de la CHAB : chab.belgium@yahoo.com

..


L

DERNIERES PEINTURES DE JOHN PAUL STRAIN

.

.

BY THE MILKY WAY

GOLDEN SKY

..

L’année 1862 avait été hors du commun pour le général Lee. Il ne commandait l’armée confédérée que depuis sept mois, et pourtant, fait incroyable, pendant cette période, ses armées en infériorité numérique avaient remporté des succès à Port Republic, Cross Keys, Mechanicsville, Gaines’s Mill, Savage Station, Frayser’s Farm, Malvern Hill, Cedar Mountain, Second Manassas, Boonsboro, Harpers Ferry, une bataille égale à Sharpsburg, et maintenant la grande victoire à Fredericksburg. Les forces sudistes avaient livré treize batailles, grandes et petites, et partout avaient tenu le terrain, sauf à Boonsboro et à Sharpsburg. Alors que les vents d’hiver de décembre et de janvier amenaient la neige et engendraient des températures glaciales, le moral dans les rangs de l’armée de Virginie du Nord était élevé. Le jour de l’an, le général Stuart et sa cavalerie étaient de retour au camp après le succès de leur raid de Noël, après avoir capturé six cents prisonniers et pillé un grand nombre de camps fédéraux. Pour ses aptitudes de commandement sur le champ de bataille, le général Lee vouait une grande admiration à Stuart. Le caractère débonnaire et jovial du général Stuart contrastait avec celui de Lee, stoïque et sérieux. Mais leur différence de personnalité semblait se compléter, et les deux chefs étaient devenus de bons amis. A cause du courage et de la bravoure de Stuart qui s’exposait inutilement au danger, Lee s’inquiétait souvent lorsque son compagnon d’arme était en danger. Peut-être influencé par Stuart, cet hiver-là, le général Lee décida de donner l’exemple de la bonne humeur. Qu’il fût en train d’inspecter ses troupes, de rendre visite à ses brigadiers généraux, de recevoir des dignitaires ou de tenir conseil avec ses commandants, Lee s’efforça de maintenir haut l’esprit de ses lieutenants et de ses soldats dans leurs quartiers d’hiver. Stuart accompagnait souvent Lee dans ses tournées, au cours desquelles les deux hommes discutaient de stratégie et de plans pour contrer au mieux le prochain mouvement des armées de Lincoln. 

.

© Tous droits réservés par John Paul Strain Historical Art

Le claquement lointain du coup du feu d’un fusil d’un tireur d’élite fédéral était entendu lorsque pratiquement instantanément, une balle sifflait et manquait de peu les généraux Robert E. Lee et Stonewall Jackson. Les deux généraux se précipitèrent dans un bois proche. L’avertissement était sérieux ; un de ceux qui auraient facilement pu changer le cours de la guerre. Mais c’était là un risque que ces valeureux commandants affrontaient souvent lorsqu’ils menaient leurs armées dans les batailles. Sur un sentier étroit menant à Catherine’s Furnace, Lee et Jackson étaient allés reconnaître le terrain au sud-est de la route en planches. Au petit matin du 27 avril 1863, l’armée du Potomac du général Joseph Hooker avait entamé une offensive sur la gauche confédérée en traversant la rivière Rappahannock sur des pontons. Le 29, le général Stuart envoya un télégramme à Lee rapportant que ses hommes avaient engagé l’ennemi à Maddens, à neuf miles de Culpeper. Ils avaient capturé des troupes fédérales des Ve, XIe et XIIe corps de l’armée du Potomac. Le message informait également Lee qu’une vaste colonne de troupes fédérales marchait vers Germanna et Ely’s Ford sur la rivière Rapidan. Au courant de ces informations, Lee pouvait déterminer que le plan de Hooker était de contourner le flan gauche confédéré. Le général ordonna à Stuart de rejoindre à toute allure le corps principal de l’armée. Le 30, un courrier envoyé de Chancellorsville par le général Anderson, informa Lee que les forces fédérales avaient traversé le Rapidan et se dirigeaient dans sa direction. Anderson demandait des renforts tandis que Lee lui donnait l’ordre de faire creuser des tranchées par ses quatre brigades. L’avance de Hooker était provisoire. Lorsqu’ils seraient confrontés par des brigades sudistes, les Fédéraux s’arrêteraient, se retireraient et se regrouperaient avant d’avancer à nouveau. Le général Lee eut l’impression que quelque chose était suspect dans la situation puisque l’armée de Hooker était de loin supérieure en nombre que la sienne. Le 1er mai en fin de soirée, il rencontra Jackson près de la route en planches afin d’avoir une meilleure impression de la situation. Après s’être mis à l’abri du tireur d’élite dans les bois, Lee et Jackson descendirent de cheval et entamèrent une discussion quant à la meilleure façon d’aborder les forces fédérales envahissantes. Rapidement, ils furent rejoints dans ce dialogue par le général Stuart. Lee avait déjà laissé une partie de son armée à Fredericksburg afin d’y retenir tout mouvement fédéral. Son nouveau plan était de diviser à nouveau son armée et d’envoyer le corps du général Jackson dans une manœuvre de flanc, à quatre heures du matin, et d’attaquer dans ses camps, le XIe corps fédéral qui ne s’y attendra pas. Le plan élaboré par ces commandants allait mener à l’une des plus grandes victoires de la Confédération, et l’une des plus coûteuses. Le général Jackson allait y être mortellement blessé.

.

© Tous droits réservés par John Paul Strain Historical Art

 

Pour tout renseignement ou commande en ligne :

www.johnpaulstrain.com

.